Hôpitaux du Bassin de Thau: « PASS sanitaire : Les patients ne doivent pas renoncer aux soins »

Hôpitaux du Bassin de Thau: « PASS sanitaire : Les patients ne doivent pas renoncer aux soins »

17/08/2021 Non Par Sète pour tous

Les Hôpitaux du Bassin de Thau ne refusent aucun patient et appliquent avec souplesse et progressivité
les dispositions relatives au pass sanitaire, privilégiant l’information, la pédagogie et la réalisation
d’autotests, afin que tous les patients puissent être accueillis en soins programmés.
Dès le 9 août, les Hôpitaux du Bassin de Thau (HBT) ont débuté la vérification du pass sanitaire. Des agents
d’accueil ont été recrutés pour les Hôpitaux de Saint-Clair et Saint-Loup et habilités à exécuter ces
vérifications. D’autres le seront pour le Hameau des Pergolines. Leur mission est de vérifier la conformité
du pass sanitaire : schéma vaccinal complet, test de dépistage négatif datant de moins de 72 h, certificat de
rétablissement après contamination par la Covid datant de plus de 11 jours et moins de 6 mois.
Concernant les patients, c’est le médecin qui, in fine, déterminera si la prise en charge doit être effectuée
immédiatement ou peut être différée.
Au préalable, les secrétaires les ont informés de l’exigence de présentation du pass, qui rappelons le, ne
s’applique que pour les soins programmés. Sont donc exclus de la vérification tous les accueils en urgence.
A son arrivée, le patient présente son pass sous format numérique ou papier. Si conforme, il poursuit son
parcours habituel en respectant les gestes barrières. Dans le cas contraire, toujours dans le respect des
gestes barrières, il est orienté vers l’enregistrement administratif, puis vers le service de soins externes, où
il lui sera proposé de réaliser un autotest sous la surveillance d’un professionnel de santé. Si l’autotest est
négatif, la consultation ou l’examen seront réalisés. Si le test est positif, il sera demandé au patient de
réaliser un test de dépistage RT-PCR dans les meilleurs délais. Le médecin appréciera alors le degré
d’urgence ou non des soins, dont il pourra proposer le report.
Concernant les accompagnants et visiteurs, le dispositif vise à limiter le risque de contamination des
patients hospitalisés ou des résidents hébergés en EHPAD. En l’absence de pass sanitaire valide, l’accès aux
bâtiments leur sera refusé, sauf situation particulière d’accompagnement en situation d’urgence ou, sur
décision médicale ou de l’encadrement soignant, de présence indispensable auprès d’un patient. Lorsque
ces personnes ne disposent pas de pass sanitaire, il leur est conseillé la réalisation d’un test de dépistage et
leur est rappelé l’intérêt de la vaccination.
Après une première semaine d’adaptation, la mise en place du pass sanitaire ne présente pas de difficultés
majeures. Le nombre de personnes en disposant augmente de jour en jour et atteignait 85 % pour les
patients attendus en soins programmés le vendredi 13/08.

Merci pour le partage