Sète: Bruit et nuisances sonores ? parlons en !

Sète: Bruit et nuisances sonores ? parlons en !

05/06/2021 Non Par Sète pour tous

Vous étiez très nombreux à réagir sur l’article du 3 JUIN SUR :Excédés par le bruit
Des nuisances sonores récurrentes dues aux passages répétés de mobylettes et petites motos (aux pots d’échappement modifiés) troublent la tranquillité des riverains.
Mais hélas personne ne bouge.

La Rédaction à réagir a ce fléau qui vous insupporte .

Josiane AMARGER: Citoyenne engagée dans la défense de l’écologie et de la cause animale. Veut porter la voix de la société civile au sein de l’assemblée départementale.

Laurent HERCÉ: Conseiller municipal EELV. Créateur d’entreprises. Veut réconcilier l’écologie avec l’entrepreneuriat et le commerce, dans un nouvel équilibre profitable à tous.

Marie-Thérèse MATTERA: Remplaçante, EELV. Médecin généraliste. Veut apporter son expérience médico-sociale pour garantir l’égalité de l’accès à des soins de qualité et à la prévention pour toutes et tous.

Jean-Pierre LOUVEL: Remplaçant, Radicaux de Gauche. Fonctionnaire territorial, militant de l’éducation populaire. Entend rappeler par des actions concrètes que la culture est un bien essentiel.

Bonne lecture ! Vos commentaires en dessous de l’article merci à vous.

Et si l’on s’attaquait à la pollution sonore à Sète ?
Lorsque l’on parle de pollution, et d’atteinte à la qualité de vie, on cite souvent la pollution de l’air, la pollution de l’eau, et les déchets abandonnés dans la nature.
Mais si l’on veut améliorer la qualité de vie de tous, et s’attaquer à toutes les sources de pollution, il convient aussi de ne pas négliger la pollution sonore.
Elle est source de nuisances très importantes, constantes, et qui peuvent avoir un effet désastreux sur la santé et l’équilibre psychique.

En France, le seul impact humain de la pollution sonore des transports est estimé à 57 milliards d’euros annuels ; c’est 3 % du PIB national en 2016.
Du côté immobilier, la pollution sonore induit une décote annuelle de 7,1 milliards d’euros.
Tous les Sétois ne sont pas logés à la même enseigne.

Certains subissent un environnement sonore très bruyant, et ce sont souvent par ailleurs les plus défavorisés en termes de revenus.
Cette pollution est très souvent liée, surtout à Sète, à la circulation automobile et motorisée.
C’est notamment le cas dans le centre ville et sur certains grands axes routiers.
Mais parfois, elle est aussi présente dans des environnements plus protégés : problème des Jets Ski qui longent les promenades de la corniche ou les plages.
La mono-économie touristique, le peu d’attention accordée aux mobilités douces (absence de pistes cyclables), encouragent l’usage de la voiture et des deux roues motorisés, sources premières de pollution sonore.
Par ailleurs, la législation concernant les deux roues (modification de l’échappement, niveau sonore) ne semble pas respectée en de nombreuses occasions.
Pour mettre en lumière ce problème, mesurer son impact, et tenter d’y remédier, nous lançons une opération simple.
Nous allons mesurer avec un sonomètre le niveau sonore à différents endroits de la ville, proche ou non des axes de circulations.

Mais nous nous proposons aussi de venir à la rencontre des sétois qui le souhaitent :
citoyens, commerçants. Nous effectuerons une mesure de bruits dans leur contexte de vie ou de travail.
Et nous retranscrirons leur ressenti et les chiffres dans un document de synthèse.
(Ces mesures concernent en priorité les bruits générés par la circulation motorisée) Cette opération aura lieu du dimanche 06 juin au jeudi 16 juin.
Il suffit aux personnes intéressées de nous contacter sur nos profils Facebook

Merci pour le partage